Brexit : saisir les opportunités et limiter les risques dans la finance

La grande place financière de la zone euro est aujourd’hui sans conteste la City de Londres. Le Brexit soulève ainsi des questions spécifiques pour la finance. Selon l’accord de sortie qui sera conclu, Londres pourrait perdre son « passeport financier », c’est-à-dire la possibilité, pour ses entreprises du secteur financier et des assurances, d’offrir leurs services dans tous les pays de l’Union sans y être dûment implantées, régulées et contrôlées. Ce passeport bénéficie aujourd’hui non seulement aux banques britanniques, mais surtout aux sociétés de pays tiers qui utilisent la capitale britannique comme tête de pont en Europe.

Dans cette nouvelle Note du CAE, les deux auteurs, Anne-Laure Delatte et Farid Toubal, abordent successivement deux sujets : d’une part, les conséquences du Brexit sur la stabilité et la fragmentation financière en zone euro et, d’autre part, la concurrence entre places financières continentales pour attirer des entreprises du secteur.

Accéder à la Note du CAE n° 45