Ils formulent cinq propositions :

  • Proposition 1. Le développement de la titrisation devrait cibler les prêts aux particuliers, grandes PME et ETI plutôt que les petites PME et TPE.
  • Proposition 2. Inciter les pouvoirs publics au développement de l’affacturage inversé afin d’assurer les PME contre le risque de délais de paiement excessifs de leurs grands donneurs d’ordres.
  • Proposition 3. Élargir l’accès aux données FIBEN à l’ensemble des acteurs économiques.
  • Proposition 4. Développer un outil de formation pour préparer le dirigeant de TPE aux problématiques financières et comptables de base. Cette formation pourrait être validée par un examen en ligne et les banques participantes pourraient offrir (en toute transparence) un traitement favorable aux entrepreneurs qui participent au programme.
  • Proposition 5. Le développement d’un « fichier positif » du crédit des individus (sur le modèle du FICO américain) permettrait de desserrer la contrainte de crédit des TPE sans historique ni collatéral.

Cette note a été présentée à la directrice de cabinet du Premier Ministre le 6 novembre 2014