Olivier Garnier et David Thesmar

Parution : 28.07.2009

« Où sont passées toutes vos économies ? » titrait à la fin de l’an dernier l’hebdomadaire britannique The Economist. 2008 a non seulement été la pire année boursière depuis les années trente, mais la décennie 1998-2008 a aussi vu les actions dégager une rentabilité réelle négative. Les conséquences de ce choc ne sont pas les mêmes selon les pays. Dans les pays anglo-saxons, l’équilibre des fonds de pension financés par la capitalisation est remis en question. D’autres pays, comme la France, semblent se féliciter aujourd’hui d’avoir un système de retraite
bâti presque exclusivement sur la répartition. Pourtant, les Français dans leur ensemble sont aussi des épargnants, avec un patrimoine financier de plus de 3 000 milliards d’euros. Et ils ont aussi de plus en plus besoin d’une épargne performante pour compenser le déclin inéluctable des taux de remplacement des retraites par répartition.
Comment à l’avenir les ménages vont-ils pouvoir obtenir une épargne à long terme suffisamment rémunératrice, sans être excessivement exposés aux risques financiers ?
Quel rôle peuvent et doivent jouer les politiques publiques pour aider
les épargnants à faire face à cet enjeu ? Le rapport d’Olivier Garnier et David Thesmar cherche à apporter des réponses à ces questions, et contribue ainsi à redéfinir les grands principes devant guider la politique de l’épargne en France.

Le rapport a été présenté à Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi le 28 mai 2009.

Commander le rapport