Les États‐Unis ont adopté un système d’assurance‐chômage sur le principe d’un « bonus‐malus » dès 1935 afin de se prémunir contre le recours disproportionné à des licenciements temporaires, équivalant à une forme de chômage partiel. Le « bonus‐malus », unique parmi les pays développés (Margolis et Fougère, 2000), fait supporter à chaque employeur une partie des coûts générés par ses licenciements, en modulant ses cotisations à l’assurance chômage en fonction de son historique de licenciement (experience rating).

Pour accéder au focus, cliquer ici Focus n° 19