Lionel Fontagné, Pierre Mohnen et Guntram Wolff

En s’interrogeant sur l’avenir de l’industrie en France, les auteurs de cette Note soulignent qu’il est de plus en plus difficile de cerner l’activité industrielle : certains services n’ont rien à envier à l’industrie en termes de processus de production, de contenu en R&D ou de gains de productivité, tandis que les biens industriels eux-mêmes tendent à se « tertiariser ». Il importe donc de repenser à la fois l’objet de la politique industrielle et ses méthodes.

Le Conseil d’analyse économique formule six types de recommandations :

  • Repenser l’industrie et ne plus l’assimiler à la production de biens. Repenser les politiques de compétitivité en les focalisant sur la productivité et l’innovation dans les domaines à haute valeur ajoutée.
  • Investir dans la formation et favoriser la mobilité des ressources qui pourront s’agglomérer dans des pôles de croissance.
  • Favoriser les investissements en recherche et développement via le crédit d’impôt-recherche, les mécanismes d’aide directe comme l’ANVAR, le capital-risque ou les relais technologiques.
  • Viser un juste milieu entre les besoins de protection de la propriété intellectuelle pour stimuler l’innovation et le partage maximal des connaissances qui pourraient être à la source des progrès technologiques futurs.
  • Combiner capital-risque privé et financements publics des projets.
  • Inscrire impérativement la politique industrielle dans une gouvernance stricte permettant en particulier de stopper des projets.

Cette Note a été présentée à la Directrice de cabinet du Premier ministre le 13 juin 2014.