Les auteurs proposent tout d’abord de définir un « panier de soins solidaire » accessible à tous sans barrière financière. Les traitements extérieurs à ce panier ne seraient pas pris en charge, même partiellement, par la collectivité. A court terme, les remboursements à taux réduits seraient supprimés.

Ensuite, ils préconisent de doter les agences régionales de santé (ARS) d’une enveloppe financière globale, à charge pour elles de répartir au mieux cette enveloppe entre la médecine ambulatoire, l’hôpital et le médico-social. Les ARS seraient aussi décisionnaires en matière de conventionnement et de mode de rémunération des professionnels.

Enfin, le dossier médical personnel doit être rapidement généralisé et une information sur la qualité des soins dans les établissements doit être collectée et diffusée de manière à favoriser la concurrence par la qualité et à effacer les inégalités dans l’accès à l’information.

Accéder à la Note du CAE N° 8