Guido Tabellini et Charles Wyplosz

Parution : 23.11.2004

Dans le partage des compétences, tel qu’il existe actuellement au sein de l’Union européenne, les États membres sont responsables pour une grande part des politiques de l’offre, à l’exception de celles relevant du Marché unique. Ce schéma institutionnel est-il adapté à la situation actuelle, à un moment où l’Union aurait besoin de redynamiser son économie par des réformes structurelles ? C’est la question qu’examinent Guido Tabellini et Charles Wyplosz dans ce rapport. La réponse est claire : sur la base du critère d’efficacité économique, le partage des compétences actuel ne doit pas être remis en cause dans ces grandes lignes.

L’Europe a toutefois un rôle à jouer, ce qui amène les auteurs à faire un certain nombre de propositions concernant le fonctionnement du Marché unique, le financement de la recherche et développement et le processus de Lisbonne.

Commander le rapport

La lettre Analyses Économiques n° 7/2004 - Novembre 2004

européenne, les États membres sont responsables pour une grande part des politiques de l’offre. Ce schéma institutionnel est-il adapté à la situation actuelle, à un moment où l’Union aurait besoin de redynamiser son économie par des réformes structurelles ? C’est la question qu’examine Guido Tabellini et Charles Wyplosz dans leur rapport. La réponse est claire : sur la base du critère d’efficacité économique, le partage des compétences actuel ne doit pas être remis en cause dans ces grandes lignes. L’Europe a toutefois un rôle à jouer, ce qui amène les auteurs à faire un certain nombre de propositions concernant le fonctionnement du Marché unique, le financement de la recherche et développement et le processus de Lisbonne.

Le rapport a été présenté au Premier ministre en séance plénière le 27 mai 2004. Cette lettre, publiée sous la responsabilité de la cellule permanente, reprend les principales conclusions tirées par les auteurs.