Dominique Taddei

Parution : 20.01.2000

Après une analyse des enjeux économiques et sociaux de la transition de l’activité à la retraite supposant le remplacement des dispositifs de préretraite actuels par des dispositifs plus progressifs, le rapport présente les conditions d’une nouvelle politique de gestion des âges tant du point de vue des salariés en « deuxième partie de carrière » (la notion de leur employabilité) que du point de vue des entreprises et de la gestion des ressources humaines (nécessaire changement des comportements favorisant l’insertion des salariés âgés). L’analyse développée aboutit aux propositions suivantes : la retraite choisie et progressive (RCP) dans une situation de chômage de masse répond à une logique préférable à celle des départs anticipés et est une façon privilégiée de préparer le basculement vers une société de plein emploi. L’allongement de la durée de vie professionnelle peut contribuer à l’équilibre des régimes de retraite. La mise en œuvre d’un système de RCP exige un redéploiement drastique des politiques publiques (suppression à terme des aides publiques tendant à favoriser la cessation définitive d’activité ou « (pré)retraite-couperet »). Deux dispositifs complémentaires : avant 60 ans, préretraite choisie et progressive (PCP), après 60 ans, RCP, cumulables dans les deux cas avec une activité à temps partiel avec application du principe de « neutralité actuarielle » (à coût égal pour les finances publiques).

Commander le rapport